Le parti Future Forward réaffirme son vœu de changer la constitution

      Commentaires fermés sur Le parti Future Forward réaffirme son vœu de changer la constitution

Thanathorn Juangroongruangkit, chef du parti Future Forward, à gauche, et Rangsiman Rome, membre du parti et activiste anti-militaire, font campagne mercredi dans le district de Laksi à Bangkok au nom du candidat du parti, Kritnucha Sansern. (Photo par Pattarapong Chatpattarasill)

Le parti Future Forward (FFP) a réaffirmé son intention de modifier la constitution de 2017 et de rétablir la confiance dans le système parlementaire.

Thanathorn Juangroongruangkit, dirigeant du FFP, a déclaré que l'amendement de la constitution était une obligation et que le principal objectif serait le pouvoir du Sénat.

Même s'il est constitutionnel pour le Sénat de participer au choix du Premier ministre, c'est injuste et antidémocratique, a-t-il déclaré.

Cependant, il a admis que changer la charte serait une tâche ardue et que le parti devrait mobiliser le soutien du public, comme ce fut le cas avec la charte de 1997.

Il a déclaré que le parti ferait campagne pour sensibiliser le public aux questions controversées de la charte, mais a ajouté qu'il ne savait pas combien de temps cela prendrait avant que la proposition d'amendement de la charte ne gagne du terrain.

Selon M. Thanathorn, on peut s'attendre à une instabilité politique après les élections générales en raison de la charte de 2017 conférant au Sénat un rôle dans le choix du Premier ministre.

Il a ajouté que si son parti remportait suffisamment de sièges à la Chambre pour former un gouvernement à parti unique, il s'attaquerait simultanément à deux fronts: réduire le fossé économique et rétablir la confiance dans le système parlementaire.

"Nous ne devons pas permettre au pays de replonger dans le même cycle de coups d'Etat et de manifestations de rue qui ont également des répercussions sur l'économie.

"Nous devons rétablir la confiance de la population dans le système parlementaire, dans le système démocratique. Cela commence par le rejet de la corruption par les partis politiques", a-t-il déclaré.

M. Thanathorn a déclaré que l'adhésion à un gouvernement de coalition dépendrait des discussions et des négociations, mais que le parti ne tolérerait ni ne soutiendrait aucune tentative de mouvement permettant au régime de prolonger son mandat.

En tant que parti d'opposition, le FFP s'appuiera sur des mécanismes de contrôle et d'équilibre pour faire son travail, mais il ne s'oppose pas aux manifestations publiques, qui devraient être considérées comme des droits civils fondamentaux, a-t-il déclaré.

"S'il y a une injustice, nous ne pouvons pas simplement l'ignorer. Les manifestations publiques ne sont pas une mauvaise chose, mais les précédentes manifestations dans la rue avaient révélé l'agenda caché du déclenchement du coup d'Etat", a-t-il déclaré.

Selon M. Thanathorn, le parti devrait remporter environ 70 sièges à la Chambre lors des élections du 24 mars, mais il pourrait en obtenir davantage avec une bonne campagne électorale.

Le FFP a désigné M. Thanathorn comme son seul candidat au poste de Premier ministre.