Médecins ayant tué des foetus condamnés

      Commentaires fermés sur Médecins ayant tué des foetus condamnés

Couple marié de la victime condamné à 10 ans de prison.

Mumbai: Un couple de médecins du district de Beed accusés d'avoir tué plusieurs foetus de sexe féminin a été reconnu coupable et condamné à 10 ans de réclusion criminelle par le tribunal de Beed vendredi. Les policiers avaient arrêté Sudam et Saraswati Munde pour la mort de Vijaymala Mahadeo Pattekar (32 ans), un récolteur de canne à sucre originaire de Bhopa à Dharur taluka, Beed, alors qu'il avortait un fœtus féminin. Le tribunal de Beed a également condamné le mari de la victime à 10 ans d’emprisonnement.

Le procureur général Milind Waghirkar a déclaré que le juge A.S. Gandhi a également imposé une amende de 50 000 roupies au trio.

Dans cette affaire, les affaires pénales étaient enregistrées en vertu des articles 304, 312, 314, 315 et 316 du Code pénal indien (IPC) et de la loi sur les techniques de diagnostic préconception et prénatal (PCPNDT) et de la section 3A, section 9, Article 17, article 29 de la loi relative à l’interruption médicale de grossesse. Munde a également été réservé en vertu des articles 4 et 6 de la loi sur le VTT.

En mai 2012, Vijaymala est décédée lors de l’avortement à l’hôpital Mundes. La police avait arrêté 17 personnes liées au décès, mais quatre d'entre elles sont décédées au cours du procès et 10 autres ont été acquittées. Les accusés devront passer trois ans et demi en prison, car ils ont déjà passé les six dernières années et demie en prison.

L’avocat Varsha Deshpande, dont l’ONG Lek Laadki Abhiyan a joué un rôle déterminant dans la révélation du couple, a déclaré que les actes répréhensibles commis par les médecins duraient depuis des années.

Mme Deshpande a déclaré: «C’est un jugement historique. Nous avons reçu plusieurs plaintes sur la façon dont l’hôpital a prospéré sur la détermination du sexe des fœtus et des avortements illégaux. Nous avons décidé d'enquêter sur la question et de les exposer. "

Après une opération d'infiltration, les autorités ont scellé des appareils de sonographie et annulé la licence de l'hôpital en vertu des lois du PCPNDT et du MTP.

Fin de