Plus de 2 800 arbres à abattre pour la route

      Commentaires fermés sur Plus de 2 800 arbres à abattre pour la route

L'avis public n'indiquait pas non plus le nombre d'arbres qui allaient être transplantés pour la même chose.

Mumbai: Avec environ 2 800 arbres devant être supprimés pour le projet de route longue de 11 km reliant Airoli au district de Thane, la Thane Municipal Corporation n'a pas publié d'informations détaillées sur cette audition publique dans le même avis public.

Les activistes verts ont souligné qu’il n’existait pas de détails suffisants sur l’emplacement des arbres pour vérifier les affirmations du TMC selon lesquelles les arbres gêneraient les travaux.

Le 1er février, la municipalité a publié dans un journal un avis de coupe de 2 874 arbres indiquant que la Société de développement forestier de Maharashtra Limited avait proposé l'enlèvement d'arbres pour la construction d'un chemin par l'autorité de développement de la région métropolitaine de Mumbai.

«Il n’ya pas de détails sur le nombre d’arbres sur un site particulier, leur emplacement et le raisonnement derrière la coupe d’un aussi grand nombre d’arbres. En outre, le TMC n’a pas affiché l’avis sur son site Web officiel, conformément aux instructions de la Haute Cour de Bombay », a déclaré Rohit Joshi, un activiste basé à Thane.

Cependant, les activistes ont essayé de sensibiliser le public à la proposition, après quoi environ 400 objections ont été envoyées à la proposition.

L'avis public n'indiquait pas non plus le nombre d'arbres qui allaient être transplantés pour la même chose. Seema Hardikar, ancien membre de la Thane Tree Authority et fondatrice de la Fondation pour les rendez-vous pédagogiques avec la nature (FERN), a également écrit au TMC pour empêcher la coupe aléatoire des arbres.

«C'est un nombre énorme d'arbres et cela aura un impact énorme sur l'environnement. Cela nécessite une étude sérieuse et il incombe à l'autorité responsable des arbres et à TMC de collecter davantage de données pour le projet et les arbres susceptibles d'être affectés », a-t-elle écrit.

Mme Hardikar a également déclaré qu'il n'y avait pas eu d'avis public de coupe d'arbres apposée sur les arbres dans les zones du projet, ce qui était requis par la loi sur les arbres de 1975.

Fin de